Éducation à la santé

Des études de terrain associées aux témoignages des Yanomami révèlent une nette aggravation de la situation sanitaire avec des indicateurs alarmants, tels que le taux de mortalité infantile, l'incidence des maladies diarrhéiques et du paludisme , qui entraînent un taux élevé de malnutrition qui touche  environ 50% des enfants Yanomami âgés de 0 à 5 ans, provoquant  l'augmentation de la mortalité infantile.

En 2016, les données du Portail Santé confirment les observations de terrain, révélant que 65% des cas de  La mortalité infantile autochtone est causée par des maladies évitables telles que les maladies respiratoires, parasitaires et nutritionnelles.

axes d'actions

La prévention:

Développer des actions participatives de
prévention des maladies et promotion de la santé.

Appréciation du traditionnel :

Incitation  Le  culture chamane, préservant la culture Yanomami dans le traitement des maladies.

Système de santé autochtone :

Participation au conseil autochtone  dans les décisions gouvernementales concernant le système de santé offert aux communautés autochtones.

objectifs du programme

La proposition d'actions  distinctes et complémentaires offertes par l'éducation à la santé cherche  respecter l'espace de la santé traditionnelle ,  entente  la prévention comme forme d'action essentielle, évitant de nombreux maux et permettant la co-responsabilité ,  du sensibilisation et acceptation du public,  réduire  dépendance à la santé allopathique à travers un  un travail de prévention réalisé à moindre coût et avec l'implication directe de la population.

habiliter

Yanomami agents multiplicateurs dans les actions de prévention des maladies, de promotion de la santé et de défense des droits ;

Développer

à  capacités  des usagers du sous-système de santé à travers  contrôle social participatif, conscient et critique;

Renforcer

le rôle des agents de santé autochtones et des agents d'assainissement autochtones en tant que multiplicateurs interculturels ;

Évaluer

santé traditionnelle favorisant le dialogue interculturel.

Actions d'éducation à la santé

L'axe principal est conçu grâce à la participation active des Yanomami  visant une construction commune du programme  à travers les mandataires  multiplicateurs -  Agents de Santé Indigènes (AIS), Agents d'Assainissement Indigènes (AISAN), leaders et femmes -  pour ses fonctions déterminantes et représentatives au sein de xapono. En ce sens, des cours spécifiques destinés à ces agents sont réalisés, dans le but de souligner  solutions  accessible et simple à mettre en œuvre.

Les agents de santé ont un rôle de médiateur culturel entre le xapono et le système de santé et entre la santé traditionnelle et la santé allopathique. La perception et la connaissance qu'ils ont du système de santé leur permet de porter les réclamations et les problèmes constatés auprès des communes et des communes . En outre,  ​  les agents jouent un rôle permanent dans les villages, où ils transmettent l'information par la tradition orale , par des réunions ou des dialogues quotidiens au sein du xapono.

Índios Yanomami escrevendo em cadernos

IMPACT DE L'ÉDUCATION À LA SANTÉ

Le développement d'un programme d'éducation à la santé a permis de créer  un réseau d'AIS formés sur la problématique de la malnutrition infantile. Ce réseau, en collaboration avec les AISAN, les femmes, les enseignants et les leaders, mène des actions de prévention en continu dans les villages, en utilisant des outils conçus pour cartographier la situation de l'assainissement dans le xapono et planifier des actions de renforcement au niveau communautaire.

 

La mise en œuvre du système de purification de l'eau avec l'utilisation de l'énergie solaire aide à la prévention et à la guérison des maladies. LA  analyse de  la variété nutritionnelle des enfants permet d'identifier et de remédier aux carences pouvant conduire à la dénutrition ou à la dénutrition.

Enfin, il y a une plus grande visibilité de l'action de Secoya en matière d'éducation à la santé avec une participation dans les sphères publiques telles que les assemblées de Kurikama et le Conseil de district de santé autochtone Yanomami (CONDISI).