top of page

"Il faut occuper la politique", disent les indigènes à l'ouverture d'Acampamento Terra Livre

La plus grande mobilisation indigène du pays a commencé ce lundi (4) et se poursuivra jusqu'au 14 avril, à Brasília (DF)


Publié dans Brasil de Fato

"É preciso ocupar a política", dizem indígenas na abertura do Acampamento Terra Livre
Crédito: Divulgação/APIB

La plus grande mobilisation indigène du pays, l'Acampamento Terra Livre (ATL), a débuté ce lundi (4) et se poursuivra jusqu'au 14 avril à Brasilia (DF). Sous le slogan « Reprendre le Brésil : délimiter les territoires et la politique villageoise », la 18e édition de l'ATL devrait réunir environ 8 000 représentants des peuples autochtones.


Lors d'une conférence de presse donnée par des leaders indigènes à l'ouverture du camp, Sônia Guajajara, coordinatrice exécutive de l'Association des peuples indigènes du Brésil, a présenté les principaux agendas politiques de la mobilisation.


"Parlons des principales mesures anti-indigènes et du paquet destructeur en cours de traitement dans les Três Poderes. Parlons des impacts de l'exploitation minière, de l'exploitation minière, de la déforestation, qui entraînent violence, conflits et mécontentement parmi nos peuples autochtones", a déclaré Guajajara.


Le chef Marcos Xucuru, de l'Articulation des peuples et organisations autochtones du Nord-Est, Minas Gerais et Espírito Santo (Apoinme), a déclaré que l'événement montre que les peuples autochtones comprennent qu'« il est nécessaire d'occuper et d'assumer ce rôle en politique ».


"L'ordre du jour porté à l'ATL aujourd'hui, et a toujours été la question fondamentale, est territorial. Après 500 ans, l'État brésilien a un très grand déficit par rapport à la délimitation des terres indigènes. La résistance du peuple vient de cette perspective , de la garantie de la délimitation et de la démarcation de nos territoires, là où se trouve la souveraineté de chaque peuple, de chaque famille, de chaque autochtone, qui va au-delà de la question physique, dans notre perspective cosmique, notre religiosité et notre ascendance » , a déclaré le chef.


Voir la conférence de presse ICI


La reprise, après deux ans, du format présentiel d'Acampamento Terra Livre intervient à un moment où l'appréciation du dit « Projet Minier » est devenue une urgence. La PL 191/2020 prévoit que les sociétés minières et d'autres secteurs qui impliquent de grandes explorations d'infrastructures ont lieu dans les terres autochtones (TI).


Ce n'est qu'un projet de loi parmi d'autres en cours d'examen au Congrès national et qui sont qualifiés, dans un avis publié par l'APIB, de "projets de mort".


Horaire 2022


Dans le cadre des activités de dix jours, en plus des manifestations et des assemblées, des séances plénières auront lieu sur l'impact et la menace des actions de l'exécutif, du législatif et du judiciaire sur les territoires autochtones ; une plénière virtuelle avec le Parlement européen et les Nations unies (ONU) ; des conversations sur la santé, l'économie, l'éducation, la diversité et la jeunesse ; ainsi qu'un sauvetage de 18 ans d'Acampamento Terra Livre.


Le vendredi (8), la «caravane des indigènes» est prévue et des activités sur le corps en tant que territoire et ascendance indigène. « Nous pour ceux qui nous ont précédés, nous pour nous et nous pour ceux qui viendront » est le nom d'une des rencontres programmées. Le dernier jour a lieu la session plénière #LutaPelaVida, sur l'alliance des mouvements sociaux pour renforcer les luttes indigènes.


« Depuis le Terra Livre Camp, on identifie aussi des situations qui se passent dans tous les états, on échange des informations, des expériences et de plus en plus de nouveaux leaders se présentent et se forment », précise Kerexu.


L'origine de Camp Terra Livre


C'était en 2004 lorsqu'un groupe d'indigènes du sud du Brésil, des peuples Kaingang, Guarani et Xokleng, s'est rendu à Brasília pour présenter aux autorités leurs revendications de défense de la terre. Ils sont arrivés et n'ont pas été pris en charge. Il fallait programmer, attendre.


Ils décidèrent alors de camper devant le Congrès National. "De là, d'autres parents commencent à arriver, rejoignent ce mouvement, pour donner de la force", explique Kerexu Yxapyry, chef du peuple Guarani Mbya du village de Morro dos Cavalos, à Palhoça (SC), coordinateur de la Commission Guarani Yvyrupa (CGY ) et l'Articulation des Peuples Indigènes du Brésil (APIB), qui organise l'ATL.


« La mobilisation gagne en visibilité et ce mouvement commence à prendre de l'ampleur. Il devient alors un mouvement national de tous les peuples indigènes du Brésil qui, chaque année en avril, se réunit à Brasilia à l'Acampamento Terra Livre », raconte-t-il.


« C'est aussi dire que la 'Indian Day' du 19 avril n'est pas une journée à célébrer. Pour faire la fête, il faut délimiter nos territoires », dit le leader guarani Mbya.


« Nous avons de très grands défis à relever », déclare Kerexu Yxapyry. "Mais nous sommes très conscients de ce que nous voulons", a-t-il conclu.


Montage: Rebeca Cavalcante


Комментарии


Postes en vedette
Messages récents
Dossier
Recherche par tags
Pas encore de mots-clés.
suivre
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square
bottom of page