PROTAGONISME AUTOCHTONE

Défense des droits spécifiques et de la citoyenneté

Secoya priorise  former les Yanomami en tant qu'acteurs principaux dans la défense de leurs droits en participant aux processus de prise de décision, en prenant conscience, en évaluant, en planifiant ou en intervenant par rapport aux actions de l'État, de la Secoya ou d'autres partenaires dans la zone autochtone. Secoya cherche toujours à aider le peuple Yanomami dans la construction de  stratégies pour son avenir à moyen et long terme , cherchant à réduire l'impact des déséquilibres structurels imposés par la société environnante sur la culture et le mode de vie Yanomami.

 

Dans ce contexte, on peut voir l'importance du processus cognitif d'apprentissage par l'expérimentation, pratique millénaire forte dans les sociétés orales, de reproduction des savoirs et d'acquisition des techniques par l' observation et la répétition, le « learning by doing ». Il s'agit d'assurer la bonne interaction entre les savoirs pouvant être transmis par les Yanomami détenteurs de ces savoirs et les savoirs considérés comme expérimentés dans le domaine du xapono (leadership, hekura, etc.) qui entourent la société.

OBJECTIFS

Formation politique indigène : 

Renforcer les capacités politiques et techniques des leaders interculturels Yanomami et des agents multiplicateurs en Amazonas, en apportant une plus grande maîtrise et compréhension des défis posés au contact de la société nationale.

Représentation autochtone : 

Soutenir et répondre aux demandes de l'Association Kurikama, et d'autres, dans sa dynamique organisationnelle en tant qu'instance représentative légitime des Yanomami des fleuves Marauiá et Preto, dans leur lutte pour des droits et des politiques publiques plus cohérents ;

 

Stratégie de développement:

Favoriser la recherche de solutions articulées et la définition de stratégies collectives chez les Yanomami face aux défis liés à l'affirmation ethnique et à la violation de leurs droits fondamentaux, ainsi qu'à la gestion durable de leur territoire.

STRATÉGIES

Autonomie autochtone : 

Processus de prise de conscience des éléments différents et nouveaux qui composent la réalité vécue par les personnes ;

Dialogues interculturels :

La formation des multiplicateurs Yanomami est basée sur le dialogue interculturel en raison de leur performance dans les espaces publics en raison de  approche complémentaire de valorisation des savoirs traditionnels, se situe à l'interface avec les connaissances scientifiques et les technologies issues de la société nationale.

Restructuration du pouvoir :

Le renforcement du processus organisationnel passe par le collectif, rompant avec les limites fixées par les organisations napëpë sous forme de loi, notamment en matière de rapports de force et de prise de décision ;

Pourquoi  permettre

multiplicateurs ?

La situation actuelle d'ingérence et de changements rapides dans la vie des Yanomami, causée à grande échelle par la politique gouvernementale, a pour conséquence directe une nette diminution de la qualité de vie de la population, un processus visible de sédentarisation dans les villages, la croissance la consommation de produits industrialisés, l'accès croissant aux prestations par l'État sans critères adéquats.

Non moins importante, l'exploitation de la main-d'œuvre semi-esclave des Yanomami dans le processus d'extraction de la piaçaba se poursuit, principalement dans les rivières Preto et Padauiri, qui remonte au modèle séculaire de l'aviamento et de l'asservissement.

Le processus de formation des multiplicateurs préconise des processus de réflexion sur les problèmes rencontrés dans le territoire yanomami en raison des activités économiques qui ont un impact sur les écosystèmes, parmi lesquels l'exploitation minière, la chasse, la pêche, ainsi que l'extraction végétale de piaçaba. L'objectif est de construire de nouvelles dynamiques visant à sensibiliser la population à de tels impacts, à travers des actions avec les politiques publiques et le développement de bonnes pratiques de gestion territoriale et de gestion des ressources naturelles à travers des dynamiques plus collectives et participatives.